Conformité ou Transformation par Bob Grass


Romains 12:2 “Ne vous conformez pas au monde présent, mais soyez transformés…”

Chuck Swindoll a dit : “Nous aimons nous imaginer comme des hommes au tempérament bien trempé, dans la peau de héros courageux et solitaires, David Crockett des temps modernes ! Mais en vérité, nous détestons emprunter des chemins différents de ceux de la foule, de peur d’être mis à l’écart, ou traités comme des fanatiques et rejetés par nos pairs. Pour éviter cela nous préférons nous conformer aux habitudes de la majorité. Nous voyons ce trait de caractère qui nous est inhérent dans l’enfant qui ne cherche qu’à plaire, dans l’adolescent qui veut se plier à l’influence de ses pairs, dans l’adulte qui s’échine jour et nuit pour ne pas se laisser distancier par ses voisins.” Bien sûr vouloir à tout prix vivre différemment des autres pour le seul fait d’être différent n’est pas d’un grand intérêt, et peut s’avérer dangereux. Dieu veut seulement que nous acceptions d’être peu à peu transformés par Lui jusqu’au plus profond de notre être.

Romains 12.1 “Je vous exhorte donc, frères, au nom de la miséricorde de Dieu, à vous offrir vous-mêmes en sacrifice vivant, saint et agréable à Dieu : ce sera là votre culte spirituel. Ne vous conformez pas au monde présent, mais soyez transformés par le renouvellement de votre intelligence…”

Examinez ces deux observations qui vous aideront à atteindre ce but :

1- Cette transformation spirituelle est le privilège du croyant. Les incroyants ne peuvent s’affranchir du contrôle qu’exerce le monde sur leur esprit, à moins d’accepter Christ dans leur vie. Mais aux croyants est faite la promesse que “l’Esprit qui agit en [eux] est plus puissant que l’esprit qui domine ceux qui appartiennent au monde” (1 Jean 4.4). L’Esprit de Dieu qui agit en vous vous rendra capable de résister aux pressions exercées par un monde qui cherche à vous aligner sur ses habitudes et son mode de vie.

2- L’appel de Dieu est urgent : “Je vous exhorte, frères…” Nous pourrions remplacer ces mots par : “Je vous en supplie”, “Je vous implore”, car ceci n’est pas un simple conseil à prendre ou à laisser, mais c’est un ordre divin. Dieu cherche des “vases” prêts à s’abandonner entre Ses mains pour être transformés en vases utiles pour Son service. Etes-vous prêt à dire : “Oui, Seigneur, sers-Toi de moi ?”

Toute transformation exige :

1- Une succession de sacrifices personnels. Le processus de transformation n’est jamais facile, ni naturel, ni automatique. L’accepter implique que nous devenions un “sacrifice vivant”, mais là où le bât blesse, c’est que nous avons tendance à nous enfuir loin de l’autel et que nous devons y être ramenés sans cesse pour y sacrifier notre ego ! Le salut est un don instantané et unique, une expérience vécue une fois pour toutes. Mais il n’en est pas de même avec le sacrifice de notre ego. Nous devons, jour après jour, heure après heure, revivre cette expérience douloureuse. Nous devons constamment forcer notre nature rebelle et têtue à accepter la volonté de Dieu, la briser aussi souvent que nécessaire. N’espérez pas voir votre vieille nature charnelle s’améliorer ni même l’entendre vous affirmer qu’elle est prête à mourir : le sacrifice ne serait qu’illusion ou mensonge. Mais ne vous découragez pas dans votre lutte de tous les jours : votre ancienne nature et votre esprit régénéré sont ennemis, “ils sont complètement opposés l’un à l’autre, de sorte que vous ne pouvez pas faire le bien que vous voudriez accomplir”(Galates 5.17 TP). Votre responsabilité n’est pas de supprimer votre nature charnelle, mais de la crucifier toutes les fois où elle veut vous dominer, afin qu’elle ne puisse faire obstacle à vos engagements pour Dieu et à votre développement spirituel.

2- Une décision raisonnée et permanente. “Je vous exhorte… à vous offrir vous-mêmes en sacrifice vivant, saint et agréable à Dieu” (Romains 12.1). Pour cela votre esprit et votre volonté doivent être en accord, car votre corps n’acceptera pas volontiers de passer sous la tutelle de l’Esprit de Dieu. Tant que vous n’avez pas sciemment décidé d’offrir “votre corps… à Dieu”, votre nature charnelle continuera d’agir sans frein ni contrôle. “De même que vous aviez mis, hier, votre corps au service d’une vie immorale et pleine de désordre… de même, aujourd’hui, comme des esclaves, mettez votre corps au service de ce qui est juste et qui vous conduira à la sainteté…” (Romains 6.19). Si vous laissez vos impulsions naturelles vous dominer, vous récolterez le péché. Si vous laissez Dieu contrôler votre vie, vous gagnerez Ses bénédictions.

Que signifie “abandonner à Dieu tout contrôle de sa propre vie” ?

1- Cela représente tout d’abord un geste d’adoration envers Lui. “Je vous exhorte à vous offrir vousmêmes en sacrifice vivant… C’est là le véritable culte que vous Lui devez” (Romains 12.1). Adorer Dieu signifie davantage qu’une visite dominicale à l’église, un ou deux chants de louanges et quelques prières. “Quand ce peuple s’approche de Moi, il Me glorifie de la bouche et des lèvres, mais son coeur est loin de Moi…” (Esaïe 29.13). Il est nécessaire de Lui abandonner votre coeur vingt-quatre heures sur vingt-quatre, jour après jour, que vous soyez seul ou au milieu d’une foule, au travail ou en train de vous divertir, en famille, à l’école, en compagnie d’un ami ou d’une amie, ou même en promenade avec votre chien ! Si votre coeur n’est pas bouleversé par Sa présence, votre conduite ne sera pas l’expression d’une joie spontanée mais seulement d’une obéissance forcée. Tout Lui abandonner n’est pas une action temporaire destinée à vous apporter de la satisfaction, mais un acte permanent d’adoration destinée à Lui faire plaisir.

2- C’est aussi une réponse à la générosité de Dieu envers nous. “Je vous exhorte… au nom de la miséricorde de Dieu, à vous offrir vous-mêmes…” (Romains 12.1). Dieu n’a jamais dit : “Je vous punirai si vous n’acceptez pas de vous offrir vous-même en sacrifice”. Il n’exerce aucune pression sur nous. Nous n’abandonnons pas notre vie entre Ses mains, les bras paralysés par la peur. Non, nous le faisons parce que nous avons une dette immense envers Lui. Tout ce que Dieu nous demande est motivé par Sa générosité. Son amour nous pousse à la repentance. Lui donner la dîme est une réponse à l’abondance de Ses bénédictions envers nous. Notre obéissance est une réponse à Ses promesses. La grâce divine n’est jamais le résultat d’un pacte entre Lui et nous, c’est un don gratuit, issu de Son amour pour des créatures qui ne le méritent pas (Lisez Romains 5.18). Ainsi, “au nom de Sa miséricorde” (un choix délibéré et raisonnable), “offrez votre corps en sacrifice vivant…” C’est une marque d’adoration “raisonnable” qu’Il acceptera avec grand plaisir.

Chaque fois que nous offrons notre corps en sacrifice vivant à Dieu, notre nature têtue veut se rebeller. Mais si Christ dirige notre vie, nous serons à même de briser l’emprise de notre vieille nature. “Ne vous conformez pas au monde présent, mais soyez transformés par le renouvellement de votre intelligence”. Nous avons le choix : soit de nous conformer au monde, soit de nous laisser transformer par l’Esprit de Dieu. Si nous faisons le choix de tourner le dos au monde, notre mode de vie changera radicalement. Car notre nature pécheresse préfère se conformer, nous emprisonnant dans le carcan des influences du monde. La Bible nous invite à ne pas accepter de nous couler dans le moule du péché dans lequel le monde voudrait nous enfermer. Si nous acceptons les valeurs que prône le monde (sensualité, orgueil, volonté de tout contrôler…etc), nous ne connaîtrons pas la liberté et la puissance de Christ vivant en nous. Notre vie sera dominée par le remords, les échecs et le découragement.

Faire le choix de tourner le dos au monde nous mettra sur la voie de la transformation par l’Esprit de Dieu. Nous conformer au monde équivaut à subir des pressions extérieures, tandis que marcher dans la présence de Dieu est l’expression extérieure d’un changement interne de notre esprit. Le têtard devient grenouille et la chenille se transforme en papillon. Dans les deux cas la transformation vient de l’intérieur et se manifeste ensuite à l’extérieur. Il en va de même pour nous. Comment cela ? “L’Esprit qui agit en vous est plus puissant que l’esprit qui domine ceux qui appartiennent au monde” (1 Jean 4.4). Parallèlement à notre décision de ne plus nous conformer au monde, nous devons accepter d’être “renouvelés dans notre intelligence”. Selon l’original grec, cette expression veut dire que nous cessons de penser par nous-mêmes et que nous adoptons les pensées divines. Une fois ces deux décisions prises, nous pourrons assister à une transformation, initiée par la puissance du Saint-Esprit, opérant dans chaque domaine de notre vie quotidienne.

Source : http://saparole.com/

 

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s