Un libéral nommé Jesus par Charles Gave

Dans son livre « Un libéral nommé Jésus : une parabole économique » Charles Gave (économiste et financier) écrit :

« J’entends déjà une première objection : mais enfin, la religion, la morale, de nos jours, cela n’intéresse plus personne !
Peut être.

Que l’on me permette à ce sujet, de raconter une petite anecdote qui m’a beaucoup marqué dans les années soixante, alors que je faisais mes études à Toulouse, il y eut des grands travaux dans le centre ville. En creusant, les entrepreneurs découvrirent de très anciens tuyaux dont plus personne ne savaient à quoi ils pouvaient bien servir. On décida par conséquent de les détruire. Résultat : dans les heures qui suivirent, toutes les caves du centre ville furent inondées !
Toulouse avait été bâtie sur des marais au temps des Romains. Ceux-ci avaient construits des canalisations pour drainer ces eaux stagnantes. Deux mille ans plus tard, les canalisations fonctionnaient toujours, mais tout le monde avait oublié jusqu’à leur existence…

Eh bien, la religion chrétienne est, un peu, pour notre civilisation, l’équivalent des systèmes de drainage bâtis par les Romains à Toulouse : plus personne apparemment ne veut reconnaître son importance, mais si on l’ignore, si on la casse, – comme on a cassé les tuyaux toulousains – l’Europe va être submergée, noyée.

Si d’aucuns veulent mettre en avant une morale nouvelle, qu’ils le fassent. S’ils cassent, de façon volontaire ou involontaire, le système de drainage de notre civilisation, qu’ils ne s’étonnent pas d’inonder nos sous-sols, c’est-à-dire nos fondations.

Ne pas prendre en compte le rôle des religions dans les évolutions historiques, c’est commettre la même erreur que nos entrepreneurs à Toulouse. Une erreur qui oblige de réparer dans l’urgence ce que l’on a détruit dans une ignorance criminelle.

En fait, j’imagine notre civilisation comme un linteau de porte qui repose sur deux piliers en bois, anciens et précieux : d’un côté la logique grecque, de l’autre la morale judéo-chrétienne. Et le linteau, c’est notre civilisation.

Sous ce linteau, depuis deux mille ans, tous les progrès sont passés. Or, des termites rongent chacun de ces deux piliers … »

Publicités
Cet article, publié dans Uncategorized, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s