Le figuier n’a pas de figues, par Chip Brogden

Un nombre croissant de personnes arrivent à la conclusion que les avantages sociaux en lien avec le fait d’aller à l’église ne peuvent plus compenser le manque de vie spirituelle.

« Voyant un figuier sur le chemin, il [Jésus] s’en approcha; mais il n’y trouva que des feuilles, et il lui dit: Que jamais fruit ne naisse de toi ! Et à instant le figurer sécha. » (Mt 21/19).

Des personnes sont fatiguées de se rendre auprès de figuiers qui promettent des fruits, mais qui n’offrent aux personnes qui ont faim rien d’autres à manger que des feuilles. Elles mangent ces feuilles ou mâchent l’écorce, mais il n’y a pas de fruit, pas de subsistance, pas de nourriture. Elles se réveillent un jour et se disent: «Ça suffit. Quelle qu’ait pu être la signification de cet endroit pour moi, quelle qu’ait pu être son utilité dans ma vie, ce lieu ne représente plus le Seigneur Jésus. Je ne peux pas expliquer pleinement cela, et je ne comprends pas très bien le pourquoi ni le comment, mais la religion de l’église entrave ma relation avec le Seigneur et il est temps pour moi de partir.»

Vous ne trouvez que deux groupes de croyants dans le livre de l’Apocalypse qui vont bien, qui n’ont reçu aucun reproche, uniquement des louanges, de la part du Seigneur; Il a exprimé sa satisfaction à seulement deux églises sur les sept. Avant que vous ne commenciez à penser que votre église est celle dont Jésus est satisfait, laissez-moi vous dire une chose, concernant ce que ces deux églises avaient en commun: elles étaient toutes deux persécutées. N’est-il pas intéressant de voir comment la persécution agit pour réorganiser vos priorités? N’est-il pas étonnant de voir comment les deux seuls groupes dont Jésus était complètement satisfait étaient les deux qui passaient par une profonde affliction ainsi que par la persécution? La persécution permet l’ajustement. Elle donne un sens au but éternel. 

Lorsque je travaillais encore pour une certaine dénomination, j’avais en charge les pasteurs épuisés. Quel grand ministère, il ne manquait jamais de pasteurs épuisés. Je prenais en charge leur chaire pour un ou deux dimanches et leur permettais ainsi de prendre un temps de congé, de passer du temps avec leurs familles, d’aller consulter, ou faire ce qu’ils devaient faire, mais qu’ils ne pouvaient pas faire parce qu’ils étaient tant pris par la gestion de leur église. Celia m’a ouvert les yeux sur beaucoup de choses.
Je me souviens avoir reçu un appel d’un pasteur d’une église de taille moyenne, qui voulait m’inviter à dîner. J’ai accepté de le rencontrer parce que j’étais flatté et j’étais vraiment impatient que cette rencontre ait lieu parce que c’était quelqu’un que je considérais comme ayant «réussi». Son église croissait de plus en plus, ils avaient un bel immeuble, il conduisait une belle voiture et il avait de beaux vêtements. Je luttais pour avoir toutes ces choses de sorte que cet homme était le genre que j’admirais. J’espérais recevoir quelques paroles de sagesse ou certaines idées qui pourraient m’aider à réussir autant que lui.

Nous nous sommes donc rencontrés pour dîner et les choses allaient bien. Il paraissait sympathique et j’étais sur le point de lui demander: «Quel est le secret de votre réussite? » Les mots étaient sur le bout de ma langue, et puis ce pasteur s’est effondré juste devant moi. Sa vie personnelle était un gâchis, son église était un gâchis, et il voulait que je prenne en charge ses services à l’église pendant deux semaines afin que lui et sa femme puissent prendre un congé et restaurer leur mariage. J’ai hoché la tête et j’écoutais mais au fond de moi, je pensais: «Mon Dieu! Je regarde à cet homme comme étant un exemple de réussite, et il est là à bout de nerfs.» [ndt: traduction littérale: «c’est une épave nerveuse»]. Et cette rencontre m’a appris une chose. J’ai appris à ne pas évaluer le succès selon les apparences. J’ai vu que les pasteurs sont tout aussi désemparés que n’importe qui d’autre, mais qu’ils doivent se convaincre eux-mêmes et convaincre tout le monde autour d’eux qu’ils sont bien équilibrés. La plupart du temps ils ne le sont pas, et vous pouvez demeurer dans l’hypocrite aussi longtemps que les choses n’ont pas d’effets néfastes sur vous.

J’aime enseigner et j’ai à cœur les pasteurs. Si cela ne tenait qu’à moi, je serais probablement en train de travailler avec les pasteurs épuisés. Mais Dieu avait autre chose en tête. «Laisse-les tranquilles, Chip, ce sont des aveugles qui conduisent des aveugles, et si un aveugle conduit un aveugle, ils tomberont tous deux dans une fosse.» Et Dieu m’a montré que tant que les leaders aveugles ne tombent pas dans la fosse, ils ne peuvent pas être guéris. Ils ne peuvent pas avoir les yeux ouverts tant qu’ils ne réalisent pas qu’ils sont aveugles et n’ont aucun droit de tenter de diriger les autres. Mes efforts pour les aider en prenant en charge leur chaire pendant une semaine ou deux était comme traiter un cancer en utilisant des pansements.

Les pasteurs ne sont pas de mauvaises personnes. Les pasteurs, pour la plupart, sont de bonnes personnes qui se retrouvent piégées dans un mauvais système. C’est le système religieux qui est en faute. Ce système religieux a pourtant été créé par des personnes, des personnes bien intentionnées, ayant bon cœur et qui pensaient qu’elles faisaient quelque chose pour Dieu. Et à présent cette chose que l’on appelle «l’églisianisme» est devenue un monstre, une création grotesque issue de nos propres mains, et nous ne pouvons désormais pas le contrôler, c’est LUI qui nous contrôle. Il prend le dessus sur nous, tout en nous incitant à penser que lorsque nous Le servons nous sommes alors au service de Dieu. Le travail du Seigneur devient plus important que le Seigneur du travail.

Nous sommes très loin de cette époque où l’on pouvait regarder les disciples de Jésus et remarquer qu’ils étaient avec lui. Ils étaient avec Jésus. Nous regardons à présent un peuple religieux endimanché aller déjeuner le dimanche à midi et tout ce que nous pouvons dire de ces personnes, c’est qu’elles sont allées à l’église.

Source Web

Theschoolofchrist

Traduit par N. Pierre

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s