Comment répondre au rejet et aux critiques injustes? par Frank A. Viola

Il y a deux façons de réagir à un rejet. La première consiste à réagir dans la chair et à devenir amer et en colère et à exercer des représailles contre ceux qui nous ont blessés. L’autre consiste à réagir dans l’Esprit, qui est la façon dont Jésus a répondu à ceux qui l’ont rejeté.

Et c’est à cela vous avez été appelés, parce que Christ aussi a souffert pour vous, vous laissant un exemple, afin que vous suiviez ses traces. Lui qui n’a point commis de péché, et dans la bouche duquel il ne s’est point trouvé de fraude. Lui qui injurié ne rendait point d’injures, maltraité ne faisait point de menaces, mais s’en remettait à celui qui juge avec justice. ~ Pierre

Jésus-Christ a refusé de permettre à l’amertume de prendre racine dans son cœur. Après avoir essuyé une pluie de critiques de la part des Juifs, le Seigneur s’est tenu debout devant Pilate et s’est tu. Quand les Romains ont percé ses mains avec des clous de six pouces, il a prié pour que Dieu leur pardonne. Et quand Il a ressuscité d’entre les morts, il n’a pas craché du venin sur ceux qui l’ont crucifié. Jésus n’a pas cherché pas la vengeance contre ceux qui l’ont crucifié, et il ne s’est pas se justifié, remettant les choses au clair à la lumière des mensonges qui ont été dit sur lui.

Alors que la mort de Jésus est immortelle, la douleur injuste et indescriptible qu’il a subie aux mains des pécheurs n’était pas sur ses lèvres quand il fut libéré de sa tombe. Non, il était totalement silencieux sur l’ensemble du calvaire. Il a agi comme si ça n’était jamais arrivé.

Oubliant ce qui est en arrière et me portant vers ce qui est à venir. ~ Paul

Beaucoup de chrétiens ne peuvent pas surmonter le rejet, sans même parler des malentendus. Et c’est pourquoi il n’y a aucune résurrection dans leur vie. Par notre propre puissance naturelle, nous sommes incapables de répondre à la douleur de la façon dont Jésus l’a fait. Mais la bonne nouvelle de l’Evangile, c’est qu’Il vit à l’intérieur de nous, nous donnant à la fois la puissance et la volonté de le faire selon son bon plaisir.

Le secret est dans le lâcher prise.

Chesterton a dit avec raison: «On voit de grandes choses de la vallée, seulement de petites choses du sommet. »

Un disciple de l’école du Christ apprend souvent plus par la souffrance que par l’étude. La croissance spirituelle reprend son rythme quand vous êtes à la recherche au pied de la croix, et le brisement est une condition sine qua non pour l’utilité.

Si vous êtes un chrétien, alors, attendez-vous à suivre les traces de votre Seigneur. Vous connaîtrez l’échaudage de la douleur et la désillusion déchirante de rejet.

Cependant, la façon dont vous répondez permettra de déterminer si vous êtes brisé ou amer.

Si vous voyez de telles choses à partir d’un plan naturel, vous pouvez devenir si déprimé que vos yeux se croisent, sentant que vous devez monter juste pour atteindre le fond. Ce sont des émotions typiques qui provoquent de la rancune.

Quelqu’un a une fois dit que vous ne possédez pas de rancune. Elle vous possède. La rancune est la douleur auto-infligée. Par conséquent, l’amertume n’emprisonne pas ceux qui vous blessent. Elle vous emprisonne vous.

Encore une fois, nous n’avons pas la force de pardonner à ceux qui nous blessent. Mais nous avons Celui qui demeure en nous, dont le nom est le pardon. Et Il est capable et disposé à pardonner à travers nous, nous libérant nous et les autres.

Vous seriez donc sage, de chercher à vous placer derrière les yeux de notre Seigneur afin de voir les choses depuis Son point de vue. Vous avez un Dieu qui sait ce que c’est que d’être rejeté. Mais il sait aussi comme c’est précieux d’avoir une Béthanie. Un endroit où il est complètement reçu, honoré et apprécié.

C’est le sujet de notre prochain chapitre …  

Ce texte est un extrait de mon nouveau livre, God’s Favorite Place on Earth.

Frank Viola 10 Juin 2013.

Source 1 et 2

Frank Viola

Il y a deux façons de réagir à un rejet. La première consiste à réagir dans la chair et à devenir amer et en colère et à exercer des représailles contre ceux qui nous ont blessés. L’autre consiste à réagir dans l’Esprit, qui est la façon dont Jésus a répondu à ceux qui l’ont rejeté.

Et c’est à cela vous avez été appelés, parce que Christ aussi a souffert pour vous, vous laissant un exemple, afin que vous suiviez ses traces. Lui qui n’a point commis de péché, et dans la bouche duquel il ne s’est point trouvé de fraude. Lui qui injurié ne rendait point d’injures, maltraité ne faisait point de menaces, mais s’en remettait à celui qui juge avec justice. ~ Pierre

Jésus-Christ a refusé de permettre à l’amertume de prendre racine dans son cœur. Après avoir essuyé une pluie de critiques de la part des Juifs, le Seigneur s’est tenu debout devant Pilate et s’est tu. Quand les Romains ont percé ses mains avec des clous de six pouces, il a prié pour que Dieu leur pardonne. Et quand Il a ressuscité d’entre les morts, il n’a pas craché du venin sur ceux qui l’ont crucifié. Jésus n’a pas cherché pas la vengeance contre ceux qui l’ont crucifié, et il ne s’est pas se justifié, remettant les choses au clair à la lumière des mensonges qui ont été dit sur lui.

Alors que la mort de Jésus est immortelle, la douleur injuste et indescriptible qu’il a subie aux mains des pécheurs n’était pas sur ses lèvres quand il fut libéré de sa tombe. Non, il était totalement silencieux sur l’ensemble du calvaire. Il a agi comme si ça n’était jamais arrivé.

Oubliant ce qui est en arrière et me portant vers ce qui est à venir. ~ Paul

Beaucoup de chrétiens ne peuvent pas surmonter le rejet, sans même parler des malentendus. Et c’est pourquoi il n’y a aucune résurrection dans leur vie. Par notre propre puissance naturelle, nous sommes incapables de répondre à la douleur de la façon dont Jésus l’a fait. Mais la bonne nouvelle de l’Evangile, c’est qu’Il vit à l’intérieur de nous, nous donnant à la fois la puissance et la volonté de le faire selon son bon plaisir.

Le secret est dans le lâcher prise.

Chesterton a dit avec raison: «On voit de grandes choses de la vallée, seulement de petites choses du sommet. »

Un disciple de l’école du Christ apprend souvent plus par la souffrance que par l’étude. La croissance spirituelle reprend son rythme quand vous êtes à la recherche au pied de la croix, et le brisement est une condition sine qua non pour l’utilité.

Si vous êtes un chrétien, alors, attendez-vous à suivre les traces de votre Seigneur. Vous connaîtrez l’échaudage de la douleur et la désillusion déchirante de rejet.

Cependant, la façon dont vous répondez permettra de déterminer si vous êtes brisé ou amer.

Si vous voyez de telles choses à partir d’un plan naturel, vous pouvez devenir si déprimé que vos yeux se croisent, sentant que vous devez monter juste pour atteindre le fond. Ce sont des émotions typiques qui provoquent de la rancune.

Quelqu’un a une fois dit que vous ne possédez pas de rancune. Elle vous possède. La rancune est la douleur auto-infligée. Par conséquent, l’amertume n’emprisonne pas ceux qui vous blessent. Elle vous emprisonne vous.

Encore une fois, nous n’avons pas la force de pardonner à ceux qui nous blessent. Mais nous avons Celui qui demeure en nous, dont le nom est le pardon. Et Il est capable et disposé à pardonner à travers nous, nous libérant nous et les autres.

Vous seriez donc sage, de chercher à vous placer derrière les yeux de notre Seigneur afin de voir les choses depuis Son point de vue. Vous avez un Dieu qui sait ce que c’est que d’être rejeté. Mais il sait aussi comme c’est précieux d’avoir une Béthanie. Un endroit où il est complètement reçu, honoré et apprécié.

C’est le sujet de notre prochain chapitre …  

Ce texte est un extrait de mon nouveau livre, God’s Favorite Place on Earth.

Frank Viola 10 Juin 2013.

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s